micro

Grand entretien avec danah boyd

16 mars 2013

Bookmark and Share

France Culture – Place de la Toile

Une émission spéciale aujourd’hui. Sans plongée dans son ordinateur, sans lecture de la semaine. Mais avec danah boyd (elle tient aux minuscules, comme elle l’explique là), l’ethnographe américaine que Claire Richard a rencontré il y a quelques semaines à New York.

 

Depuis 5 ans que j’officie à Place de la toile, je rêve de rencontrer danah boyd (blog ; twitter ; et sur internetactu.net). Cette ethnographe américaine livre des analyses toujours pertinentes, toujours paradoxales et fertiles sur nos usages d’Internet, et en particulier sur la manière dont les jeunes Américains vivent les réseaux sociaux. Elle vient rarement à Paris, et je l’ai toujours ratée. Et voici que Claire Richard, qui vit à New York et nous envoie de temps en temps des entretiens, lui propose une interview qu’elle accepte. C’est ce que vous allez entendre ce soir : 45 minutes avec danah boyd où l’on retrouve ses analyses sur la sociabilité en ligne, sur le souci paradoxal que les jeunes ont de leur vie privée sur internet, sur la fracture générationnelle, mais aussi sur le grand internet des données, le fameux Big Data. C’est à la fois complexe et limpide, plein d’anecdotes et de montées en généralité très utiles pour penser. danah boyd répond à beaucoup de questions que nous nous posons tous, mais sans jamais livrer une vérité définitive. Bref, 45 minutes de régal, ce que je peux permettre de dire car tout le mérite en revient à Claire Richard.

Traduction : Antoine Tricot

Doublage : Lucile Commeaux

————-

les jeunes passent leur temps à zoner sur le net : hang out

Espace public ont une valeur

Les jeunes aiment y trainer sur les réseaux sociaux

Moyen d’établir un contact : mode de gestion des relations.
Pourquoi traines-tu tu autant sur internet ?

Je ne peux pas les voir autre part.

Les réseaux sociaux = le mall d’aujourd’hui / jardin public /

Ils restent pour un long moment / Réplicabilité (copie original) / traçabilité / l’échelle

Les contenus sont amplifiés (sexe : 1% des cas)

Le public invisible (trouver une fonction à ce public)

Ce ne sont pas les tecnho qui cherchent les jeunes mais les jeunes qui se tournent vers les techno. pour retrouver une liberté perdue. Ils sont avides d’interactions sociales. Aujourd’hui plus restreinte.

Changement majeur : croissance de la présence des parents sur les réseaux sociaux.

Les ados stratégie de dissimulation. Usages plus sophistiqués pour se cacher.

« Alone together » autre sociologue

Brimades pas d’augmentation croissante sur internet. Le plus violent se passe à l’école.

On panique car les choses sont visibles.

Les enfants échangent plus avec les parents grâce au tel potable. (mail, sms…) plus connecté à leur parents.

Nouvelle forme d’aliénation et de contacts aussi.

Vie privée : très important pour eux. Pour les jeunes avoir une vie privée : ils gèrent leurs infos. Ex Facebook.

Les personnes ayant autorités sur eux les empêchent d’avoir une vie privée.

Qui doit payer le prix social de la transparence des gens qui ont le pouvoir ?

Big data : phénomène social, savant et techno.

Qui a le pvr :discussion sur la vie privée. USA : surveillance de l’état.

4 forces : le marché, la loi, les normes sociales, l’archi techno  = changement massif peut avoir lieu

Favoriser l’émergence d’un public le plus conscient possible.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mots-clés : ,

Leave a Comment